Artisanat : Jenny Desmis de Prestig’ Flore, pour l’amour des fleurs

Le printemps est bien entamé. Le soleil perce enfin le ciel picard. C’est le moment idéal pour décorer ses extérieurs, faire son potager et égayer la journée de ses proches pour la fête des mères. À cette occasion, nous sommes allés à la rencontre de Jenny Desmis, propriétaire de Prestig’ Flore à Amiens.

Jenny Desmis a ouvert sa boutique au 20 rue Gaulthier de Rumilly, en 1988. La jeune fleuriste était alors âgée de 20 printemps, mais l’idée avait germé déjà depuis petite. « J’aurais pu m’arrêter en 5ème mais mes parents m’ont dit tsss, tsss, tsss (sic) on va quand-même aller jusqu’en troisième. » Et voilà 33 ans maintenant, qu’elle vit de sa passion. « Mon mari dit que je suis gâté » glisse-t-elle.

Une éternelle jeunesse

Originaire de l’Oise, Jenny s’approvisionne à Rungis auprès de producteurs de la Seine-et-Marne. Si elle privilégie les fleurs et les plantes françaises de saison, la fleuriste ne néglige pas la Hollande et les pays limitrophes pour certaines demandes.

Prestig’ Flore, 20 rue Gaulthier de Rumilly à Amiens. Les plantes sont de sortie.

Jenny ne sélectionne que des fleurs qu’elle aime, sinon « je vais les mettre dans un coin et je ne vais pas les vendre ». Pour autant, à 53 ans, la fleuriste sait qu’il ne faut pas rester sur ses acquis : « Il faut tout le temps se remettre en question, aller sur les salons, sur maison et objet, voir les designs, les tendances, c’est toujours un éternel recommencement et la mode va très vite. » En ce moment la tendance est aux bouquets bohèmes chics d’après Jenny. Ce qui était démodé il y a quelques années, ne l’est plus forcément aujourd’hui. C’est le cas des œillets. Très populaires dans les années 70, ils font leur retour sur les étals. Pour la fête des mères, la pivoine est à l’honneur, même si les basses températures des dernières semaines ont impacté la production.

Instinct créatif

Et la création dans tout ça ? « C’est indispensable, je ne suis pas marchande de fleurs, on crée, on n’arrête pas » explique Jenny. Quand on lui demande une composition, cinq minutes avant elle ne sait pas ce qu’elle va faire, « les gens me donnent des couleurs, me disent dans cet esprit là et j’y vais, je travaille à l’instinct. »

Jenny n’est pas une simple fleuriste, elle est aussi décoratrice. Avec ses deux employées, elles réalisent des décorations végétales : « On décore dans des boutiques, on fait aussi tout ce qui est décoration de Noël pour des vitrines, pour les salles de repos dans les entreprises, j’ai déjà fait 80 lustres pour une galerie marchande au Havre. » Malgré l’impact de la crise sanitaire sur le secteur de l’événementiel, Jenny a pu compter sur le soutien de ses fidèles clients : « J’ai une chance, c’est qu’ici on est dans un quartier où il y a de l’alimentaire, donc les gens venaient ici se faire plaisir et nous faire plaisir, je les remercie, ce sont des amours depuis 33 ans. »

Retrouvez le facebook de Prestig’ flore et le site internet.

Julien Benesteau

crédits photos : Julien Benesteau

!Signaler

Envoyer un message