Sans titre 14

Olivier Mellor n’en fait pas tout un cinéma

Le 05/05/2022 0

Dans Artiste

Entre de grands classiques du théâtre qu’il met en scène - Britannicus, Ruy Blas -, et des apparitions au cinéma qu’il “aime moins”, Olivier Mellor et sa Compagnie du Berger aident des jeunes à monter leurs premiers spectacles à Amiens. Rencontre avec un passionné qui aime avant tout “être surpris”.

“Ce qui m’intéresse, c’est la suite !” Olivier Mellor est un gros bosseur. “On a des projets et des dates qui tombent jusqu’en 2024, donc on ne se plaint pas.” Avant Ruy Blas, de Victor Hugo, prévu l’an prochain sur le grand plateau de la Maison de la Culture d’Amiens, “là, on part un mois à Paris jouer Britannicus.” Précisément du 5 au 29 mai au Théâtre de l’Epée de Bois, à la Cartoucherie, dans le bois de Vincennes, un théâtre où la Compagnie du Berger, d’Olivier Mellor, est associée. 

Cette pièce, la troupe vient de la jouer à Amiens, au Centre culturel Jacques-Tati. “C’est un classique, la langue de Racine est compliquée mais on peut avoir une sensation sur ce qu’on voit, même sans tout saisir. Assister à cette saga familiale où ils se détestent tous, où ils combinent, où ils couchent entre mère et fils… C’est énorme, mais en même temps ça permet un peu de dédramatiser, comme regarder un film. La fiction, même inspirée de faits réels ou de personnages historiques, sert à rendre la vie plus supportable. Et on a mis des choses assez actuelles dedans : de la musique, de la vidéo, les costumes. On essaye d’attirer un large public. Des jeunes surtout” lâche Olivier Mellor, animé par la volonté de transmettre en donnant un coup de pouce aux jeunes.

À ce sujet, avec sa compagnie, il “s’occupe à Amiens d’un petit lieu, rue des Augustins, quartier St Leu, La Chapelle-Théâtre, qui appartient à L’Îlot, l’association qui loge des anciens détenus. Et dans le foyer, il y a cette chapelle, qui était désaffectée. On l’a reprise il y a cinq ans et on accueille des jeunes compagnies en résidence : on leur file la salle, du matériel et jusqu’à 4500 €, avec Amiens Métropole, la Région Hauts-de-France et le Département de la Somme. C’est une goutte d’eau dans un budget, mais pour des jeunes, c’est beaucoup. Ça peut leur mettre le pied à l’étrier. On aimerait développer davantage ce modèle parce que ce n’est pas normal d’attendre 35-40 ans pour commencer à toucher des subventions.”

“La jeunesse a été vachement meurtrie par le Covid”

La compagnie accueillie actuellement, Les Cri Arts, est dirigée par une jeune d’une trentaine d’années Julie Louart, ancienne élève du Conservatoire d’Amiens. Et il s’agit de la cinquantième compagnie aidée par Olivier Mellor et sa troupe. “Notre principe est assez simple : ils peuvent venir d’une à six semaines, avoir les clés sept jours sur sept pour monter un spectacle de A à Z.”

Olivier Mellor aimerait voir émerger “une société qui s’ouvre un peu plus aux jeunes. J’ai 49 piges, je ne suis pas jeune. Nous, on voudrait les aider dès le départ. C’est pour ça qu’on a ouvert la Chapelle-Théâtre, parce qu’on prône une certaine forme d’autonomie. On a connu ça : une résidence dans un théâtre, tu as la salle deux heures par semaine, il faut demander la clé et après il y a le judo, tu dois dégager ! À un moment, il faut filer un théâtre aux jeunes, accompagner la jeunesse, qui a été vachement meurtrie par le Covid.” 

Si Olivier Mellor ne fait “pas de plans sur la comète”, il fourmille de projets : “cette année, on tourne trois gros spectacles, avec trois grosses tournées. On vient d’en finir deux : La Noce, de Brecht et L'Établi, d’après Robert Linhart. Entre Britannicus et Ruy Blas, qui sont deux classiques assez similaires, on va monter cet automne Les Apologues, des textes d’un auteur vivant de 85 ans, Alain Knapp, qui était mon prof à l’ENSATT (NDLR : l’école de théâtre de la rue Blanche à Paris). Il vient de nous écrire des trucs, c’est super !” s’enthousiasme Olivier Mellor.

Mais il garde les pieds sur terre dans ce milieu “difficile, assez concurrentiel, où les gens ne sont pas toujours sincères. Il faut esquiver les fausses promesses, les faux espoirs” et ne pas lâcher. “Quand on bosse beaucoup, ça vient” assure celui qui savoure aussi l’instant présent. “Les belles années de la compagnie, on les vit maintenant. Et j’espère qu’elles vont durer et que ça va embarquer le public, d’autres structures culturelles, des comédiens, des musiciens, des techniciens. Tout ça, c’est de l’emploi aussi, l’économie du spectacle génère de l’argent, même si on sait surtout combien ça coûte… La culture rapporte aussi, c’est important ! Même si vivre dans la dignité, avoir un toit sur la tête, mourir dans des conditions acceptables, c’est plus important.”

Ne pas se prendre pour ce qu’on n’est pas, rester à l’écoute des changements sociétaux sont également des leitmotive pour Olivier Mellor : “toutes les problématiques autour du genre, c’est des trucs qui me dépassent complètement. Mais j’ai une fille de treize ans qui me recadre assez régulièrement sur le sujet. Parce qu'aujourd'hui, c’est important. Le rapport aux écrans aussi. Quand j’avais dix ans, c’était : tu vas jouer dehors ! Aujourd’hui, pour faire jouer mes gosses dehors, c’est la croix et la bannière ! Parce qu’ils sont connectés, ils ont ce qu’il faut. Leur monde est vaste, mais il tient dans un petit truc. Nous, le monde était un peu plus petit mais on avait un horizon. Ce que j’aime bien chez les jeunes, c’est quand il y a un horizon, qu’on ne voit pas jusqu’au bout…”

Pas étonnant qu’il dise aimer avant tout “être surpris : c’est plus intéressant qu’un truc qu’on connaît déjà. Je fais ce métier pour ça, parce que je pense qu’il est surprenant jusqu’au bout !” Une bonne surprise serait de faire des tournées à l’étranger. “Je ne désespère pas. On a déjà joué en Belgique. Mais au sud de la Loire, c’est bien aussi ! Même si avec L'Établi, le décor fait quatre tonnes, c’est compliqué à bouger. Mais je défends ça, je fais du théâtre avec du monde, ça permet de s’attaquer à des pièces qu’on ne peut pas faire si on est seulement deux ou trois. Et du coup, on peut traverser beaucoup de choses, des jours où ça va moins bien… Mais on fait des grosses soirées, on fête beaucoup…” 

Ce n’est sûrement pas terminé puisque la Compagnie du Berger fêtera ses trente ans en 2023. Et Olivier Mellor ses 50 printemps…

On pourra également voir Olivier Mellor au cinéma l’an prochain car il a joué en février et mars derniers à Abbeville “un petit rôle dans Marinette, le film de Virginie Verrier sur l’ancienne footballeuse Marinette Pichon. Je joue l’entraîneur adjoint de Fred Testot. Virginie Verrier, je la connais depuis un moment. Je lui avais trouvé des décors, du côté de Cayeux-sur-Mer, quand elle avait tourné son premier film en baie de Somme (NDLR : À 2 Heures de Paris, sorti en 2018). 

Mais j’aime moins le cinoche. On attend beaucoup, c’est un peu hiérarchisé, protocolaire. J’aime mieux quand il y a moins de monde. Au théâtre, l’acteur a la mainmise sur tout, quasiment. Au cinéma, avec le montage, on ne sait pas comment on est filmé, on fait partie d’un tout mais sans vraiment être sur le tout, y compris les acteurs qui ont des gros rôles. J’en discutais avec Fred Testot, avec Emilie Dequenne aussi : ils viennent seulement les jours où ils sont prévus. Ils voient le produit fini en salles. Au théâtre, on ne le voit jamais, c’est la différence…”

“Marinette” pourrait sortir en salles à l’été 2023, au moment de la prochaine Coupe du monde féminine de football, qui aura lieu en Australie et Nouvelle-Zélande.

Reportage Léandre Leber
Rédaction Vincent Delorme
Photos Kevin Devigne

 

Retrouvez notre contenu complémentaire autour d'Olivier Mellor


Article : Olivier Mellor s'ameliore encore

Podcast : Olivier Mellor, ses grands souvenirs, ses belles rencontres

Podcast : Olivier Mellor et La Chapelle-Théâtre

 

 

amiens olivier mellor artiste theatre art culture tourisme Jules Verne

Ajouter un commentaire

Anti-spam