Capture d e cran 2022 05 03 a 09 34 29

Au fil des mains de Céline

Le 04/05/2022 0

Dans Les mains

Dentelle, soie, nacre... Céline Seignez manipule ces étoffes afin de donner naissance à des tenues d’une infinie préciosité pour les reines d’un jour qui les portent : les robes de mariée.

Native de Toulouse, Céline Seignez a travaillé trente ans en tant qu'ingénieure du son. Un travail qui l’a comblée pendant de nombreuses années. Après un usage abondant de l'ouïe, c’est vers un autre sens qu’elle se tourne. Elle confectionne aujourd’hui des robes de mariée avec un grand souci de l’écologie.

Voyage vers les sens

Qu’est ce qui amène une ingénieure du son à la confection de robes de mariée ? Une madeleine de Proust certainement. «Dans ma famille, il y avait une tradition de couture de mère en fille. Mes grands-mères faisaient des choses extraordinaires avec de la dentelle. Ces étoffes m’ont longtemps fascinées», explique-t-elle d’une voix
posée et calme.

Au cours de sa carrière, la native du sud a sillonné la France jusqu’à s’installer dans notre région en 2003. «Quand je suis arrivée ici, j’ai visité le musée de la dentelle de Caudry, je suis tombée amoureuse de celle-ci. » Nous voici presque vingt ans plus tard et les mains de l’Amiénoise viennent enfin étreindre les étoffes, les boutons et les pièces de dentelles qui l'avaient tant émerveillée enfant.

Un toucher précieux

Le rapport qu'entretient Céline avec les matières qu’elle manipule est d’une infinie tendresse : « Je pense qu’on ne peut pas travailler la soie, qu’on ne peut pas travailler la dentelle, si l’on a pas un amour pour ces étoffes.» La couturière travaille ses robes en chérissant les matériaux qu’elle utilise «au-delà de la sensualité de la soie, de sa beauté visuelle, c’est tout à fait magique d’être en contact avec cette matière». Il se dégage de cette atypique artisane, un souci du détail, une passion de la minutie : «Ce que j’aime le plus c’est travailler les toutes petites choses, les petits détails. C’est à ce moment que le toucher devient crucial. » 

De la création des patrons à l’assemblage de la robe, les mains de Céline donnent un souffle de vie aux étoffes. L’aiguille qui vient tisser et lier deux matières est comme le prolongement des doigts habiles de la créatrice, comme une extension de sa main donnant vie à ces précieuses parures. Le temps a l’air suspendu. Il règne dans ce grenier amiénois, transformé en atelier par sa propriétaire, une quiétude édénique. Seuls les bruits des ciseaux et de la machine à coudre viennent trahir ce silence apaisant. La main de la couturière fait défiler calmement l’étoffe sous l’aiguille de la machine. La découpe aux ciseaux est, de la même manière, effectuée avec précision et délicatesse.

À l’aune de sa carrière passée, allier le son au toucher a été une évidence. «J’aime travailler avec du son. Tous les sons sont bons à prendre selon moi, le chat qui passe, le voisin qui tond sa pelouse, le bruit du silence...» Tout cela crée une symphonie dansante, où les mains habiles jouent le rôle des ballerines et le son des étoffes et des
outils, l’orchestre.

Le mariage est pour bon nombre d’individus, le moment le plus important d’une vie. Céline Seignez, participe à ce moment magique, dans l’ombre peut être, mais elle offre à la mariée toute la lumière qu’elle mérite par la grâce de ses mains.

celine Seignez amiens art coutire robe de marié Artisanat

Ajouter un commentaire

Anti-spam