Capture d e cran 2022 05 04 a 11 17 55

Concours du Printemps des Poètes

Le 04/05/2022 0

Dans Poésie

À l’occasion du «Printemps des Poètes» sur le thème de l’éphémère, Dicilà a organisé un concours de poésie.

Les 3 lauréats de la rédaction :

À toi petit être changeant
Qui n’arrive qu’une fois au printemps
Même si ton existence est de courte durée
Ta renaissance, représente la beauté
Un peu d’espoir provient de ton coeur
De vivre ne serait-ce
qu’un moment de bonheur.


Nicolas

illustration de Léandre Leber
illustration de Léandre Leber

SAIGNANT À CŒUR


Matin.                                Tu nais.
Ton œil noir glisse sur ma peau
Ta bouche se fait rouge-gorge
Ton rire tonitrue puis meurt
Tu soupires et puis
Soir. Tu n’es
Plus.


Emilie

Ma mémoire te quitte derrière,
larmes hurlantes
Mais je m’agrippe à ton souvenir, mère
Je m’accroche au meilleur de toi
De ton vivant, de notre jeunesse
Je m’accroche au corail autour de ton cou
Avant que l’amnésie s’empare de nous.


Aksil

illustration de Léandre Leber

Le lauréat du public :

illustration de Léandre Leber

L’effet mère rend sage, il apaise les pensées,
Le bonheur est de passage,
je vais le laisser m’emporter.
L’effet de mes rides,
me laisse un instant KO.
C’est une crainte stupide
qui me fait vieillir trop tôt.
Et si on écoutait, ces instants accidentels,
Ils deviendront éternels,
si on les laisse exister.


Christophe

RÉBUS POÉTIQUE

Voyelle, consonne,
consonne, voyelle,
te voilà vêtue


Consonne, voyelle,
consonne, voyelle,
te voilà nourricière


De trois syllabes
aux accents graves
et d’un trait aigu


Le temps de lire
et s’efface


Maintenant,
son souvenir est là.


Ephémère


Léandre

amiens culture art poésie concours printemps des poètes vers prose

Ajouter un commentaire

Anti-spam