Art : Audrey Demoury, une artiste à l’écoute des amiénois(es)

Audrey est notre artiste du mois, chaque semaine retrouvez une de ses illustrations exclusives sur notre site. Du portrait de famille, à la maison amiénoise, il n’y a qu’un trait pour Audrey Demoury. Cette graphiste et illustratrice amiénoise met en valeur sa ville, en sublimant par le dessin ses bâtiments iconiques et ses monuments historiques. Portrait.

Parcours d’une artiste dans l’âme :

Celle qui a passé sa jeunesse à arpenter le quartier Henriville d’Amiens a très vite su ce qu’elle voulait faire. « J’ai toujours dessiné. Le jour où j’ai appris qu’un bac art appliqué existait, en quatrième, je me suis assise au premier rang, j’ai commencé à travailler pour moi, il fallait y arriver et se donner les moyens ». Afin de poursuivre ses rêves artistiques, Audrey monte à Lille pour y intégrer une école d’art. Une expérience difficile, mais formatrice, qu’elle quittera prématurément pour entrer dans une agence web. « C’était une autre vie, avec métro, agence et tout ce qui va avec ». Après dix ans passés dans le Nord de la France, Audrey décide de rentrer chez elle, à la campagne, pour s’installer en tant qu’artiste indépendante. « Je ne m’étais pas rendu compte que je changerai autant de vie à cette époque-là, j’ai aimé la vie en agence pendant 5 ans, mais je crois que dès la deuxième semaine je me suis dit que ce n’était pas un truc pour moi. Disons que c’est un autre monde, une vie différente et qui ne me correspond pas vraiment ».

Audrey Demoury

Retour à Amiens

L’artiste touche à tout, formée au motion design, dessine aussi bien à l’aquarelle, qu’à l’encre de chine. De retour dans sa région natale, Audrey souhaite se donner corps et âme pour sa passion pour l’illustration, même si aujourd’hui elle confie que le graphisme occupe la majeure partie de son temps, elle aimerait avoir « au moins à part égale du graphisme et de l’illustration » dans ses projets. Un souhait qui pourrait devenir réalité grâce aux Amiénois et aux Amiénoises. En effet, depuis décembre dernier, Audrey a reçu plusieurs commandes de maisons amiénoises, « quelqu’un m’a dit : est-ce que tu pourrais dessiner ma maison ? ». Une démarche surprenante à première vue, mais qui n’est pas sans fondement, car comme elle aime le rappeler, « c’est plus qu’un dessin, il y a aussi la vie des gens derrière ».

« Je deviens un peu dangereuse en voiture parce que je regarde beaucoup les amiénoises »

Pour réaliser ses œuvres uniques, Audrey se rend sur place pour photographier les lieux, « j’utilise aussi google earth pour voir le toit ». Puis, une fois chez elle, elle se sert d’une tablette graphique pour ancrer noir sur blanc la brique rouge des bâtisses. « Normalement quand tu dessines tu regardes ta main, là je dessine et je regarde l’écran, donc c’est une certaine gymnastique à avoir avec la tablette. Je travaille avec illustrator, je commence par reprendre les traits principaux avec la photo derrière et après j’enlève la photo et je travaille de manière un peu plus libre et spontanée en reprenant les détails ».

Illustration d’une maison amiénoise

« Le carnet de croquis affûte l’œil et la main »

C’est par un trait net, sans hésitation, qu’Audrey trace les courbes des façades amiénoises, « au lycée on a beaucoup appris à devenir spontané, un trait chevelu n’était pas bien vu. Le trait et l’épuration ça vient aussi de l’exercice du carnet de croquis. Un très bel exercice qui au début te fait souffrir, puis au fur et à mesure, ton œil s’aiguise, il trouve des choses, des brides, par exemple un extrait d’architecture, un visage, une expression, la position d’une main et après quand tu es aguerris, tu arrives à dessiner une personne entière sans la faire poser ». Si le carnet de croquis « affûte l’œil et la main » Audrey fait également appel à son sens de l’écoute pour mettre en valeur les petites choses du quotidien, « j’essaye de rendre visible tous les petits trucs du quotidien, parce qu’il y a plein de gens qui disent ou qui font des choses sans se dire qu’ils font de belles choses ».

Audrey Demoury

Des idées plein la tête

Après une année 2020 particulière, qui l’a contrainte à mettre de côté ses projets artistiques lors du premier confinement pour se consacrer à ses trois enfants, « je me suis transformée en enseignante », c’est des projets plein la tête qu’Audrey aborde cette nouvelle année, toujours avec l’envie de mettre en valeur les autres grâce à son talent artistique.

Pour en savoir plus sur Audrey, vous pouvez consulter son site internet.

Les goûts et les couleurs

Ses inspirations : « Spontanément, j’aime beaucoup Klimt avec le trait et la sensibilité, Basquiat dans un tout autre registre, Frida Kahlo et le Douanier Rousseau »

Série : « Récemment, j’ai regardé Grand Army sur Netflix, ayant des enfants qui se rapprochent de l’adolescence, ça m’a marqué. »

Musique : « Lorsque je travaille j’aime beaucoup écouter Radio Nova ou j’écoute des playlists, ça passe d’Abd al Malik à Tchaïkovski, je fais le grand écart. »

Un lieu à Amiens : « Le quartier Henriville, parce que c’est beau et parce que ça fait partie de mon enfance, avec des endroits cachés, il y a toujours des choses à voir ! »

Julien Benesteau

Crédit photo Léandre Leber

!Signaler

Envoyer un message