Art : Vivre pour peindre, peindre pour vivre pour Laetitia Ducrocq

Avec A corps et à nus, l’artiste peintre amiénoise Laëtitia Ducrocq signe une exposition riche et variée, sur son thème de prédilection : le corps féminin. A découvrir encore jusqu’à la fin de la semaine à Amiens, à l’AAC Galerie et une à la Coloc à Amiens.

Peindre, pour moi, c’est comme respirer ou penser »… Laëtitia Ducrocq explique que « c’était ça ou rien depuis l’enfance ! ». Une manière de planter le décor sur sa personnalité entière et sur l’exposition à voir jusqu’au 26 septembre à l’AAC Galerie, 10 Allée des Tennis à Amiens. On y découvre peintures et dessins réunis sur le thème du corps féminin et de la nudité. « Je me souviens qu’étudiante, en 2ème année de DEUG (NDLR : bac + 2), on devait déterminer nos attraits dans l’Histoire de l’Art. Pour moi, c’était la femme et le nu féminin qui ressortaient ». Déjà… 
Les oeuvres qu’elles donnent à voir sont réparties en cinq séries, en fonction des techniques utilisées. « Opulence » est une série de peintures acryliques, « mono-acrylique aquarellée » précise Laëtitia Ducrocq. « Parce que j’utilise la peinture acrylique comme une aquarelle, avec des couches successives, après séchage, pour obtenir la forme qui se détache du fond, avec davantage de couches sur le corps ».
« Evanescence » est une série crayon classique, avec le modelé crayon à papier et estompe.


« Elégance mais sans clinquance »

Avec la particularité de ses deux niveaux, l’AAC Galerie offre des murs supplémentaires dans les escaliers. C’est là que l’Abbevilloise de naissance a installé « Les Précieuses »« une nouvelle série commencée cet été, avec technique mixte et feuille d’or sur toile. Elle fait partie de mes coups de coeur, avec « Les Voluptueuses » (lire plus bas), car ces séries mélangent techniques humides -peintures ou aquarelles- et techniques sèches -dessin pur, pastel, pierre noire avec de l’estompe- et les copeaux d’or pour terminer. Ce qui les rend très sensuelles, actuelles et singulières » estime Laëtitia Ducrocq.
Puis viennent les deux ultimes séries présentées : « Gold Black Woman », faite d’encre sur toile peinte en noir, tracée à l’encre directe or. Et donc « Les Voluptueuses », série « commencée il y a trois ou quatre mois, en technique mixte, avec copeaux de feuilles d’or, ce qui apporte de l’éclat, de la lumière sur un papier demi-teinte en gris chiné et ce qui ajoute un côté élégant mais sans clinquant. Cela va aussi focaliser le regard du spectateur sur la poitrine, avant que l’oeil descende sur les hanches. C’est comme un petit chemin… » glisse malicieusement une artiste qui trouve résolument « le corps féminin plus intéressant plastiquement, grâce à ses rotondités, ses bosses, ses creux que l’on peut accentuer, pour exalter la sensualité ». Laëtitia Ducrocq a pourtant également fait du nu masculin, mais elle a trouvé le travail « plus compliqué, à cause du cadrage, des postures, de la plasticité moins pulpeuse »


La pandémie, vilaine ombre au tableau


Et comment travaille-t-elle ? « Avec modèle, que je transforme, transfigure, transcende. Je fais des photos avec différents modèles, aux formes fines et élancées ou avec des femmes aux bassins plus larges ». L’artiste en profite pour leur demander de multiplier les poses. Et à partir de la photothèque qu’elle se constitue, elle va ensuite, au gré de ses envies « accentuer la rotondité des fesses, jouer sur la cambrure. Mon oeil s’est aiguisé depuis la fac ! » sourit Laëtitia Ducrocq, qui a par ailleurs jeté son dévolu, depuis 2017, sur…le cheval, « une de mes autres passions. Cheval de selle, chevaux de course, chevaux de polo, on reste dans la morphologie ! » constate la peintre qui a aussi participé cette année à l’exposition consacrée aux 800 ans de la Cathédrale Notre-Dame d’Amiens. « Une commande.. J’ai fait une dizaine de tableaux, j’en ai vendu six ». Un point évidemment non négligeable quand on vit de son art. Mais la crise sanitaire est une vilaine ombre au tableau, c’est peu de le dire ! « Avec le confinement, j’ai eu trois expositions annulées alors que je vendais 8 à 15 pièces par expo, depuis l’été 2019 ». Elle a donc été coupée dans son élan« Heureusement que sur mon site internet et sur les réseaux sociaux, je suis active, je publie mes nouvelles séries. J’ai régulièrement des demandes, toutes n’aboutissent pas à des ventes, mais je vends beaucoup grâce aux réseaux sociaux » souligne l’artiste qui apprécie encore néanmoins le contact réel.


« C’est plus que de la volonté, c’est de la ténacité ! » Laetitia Ducrocq

« Mais un vernissage où je ne vends pas, c’est un échec alors il faudrait peut-être faire plusieurs vernissages pour la même expo, pour attirer autant de visiteurs et d’acheteurs potentiels qu’avant la pandémie » suggère Laëtitia Ducrocq. Elle aura l’occasion de rebondir encore cet automne avec une demi-douzaine d’autres expositions prévues, à nouveau dans la Somme (Amiens et Abbeville), mais aussi à Paris et à Megève, mettant à profit le réseau de relations qu’elle a su tisser. « J’ai connu la galère, évidemment, depuis le jour de 2004 où je me suis lancée, mais j’ai persévéré. C’est plus que de la volonté, c’est de la ténacité ! » lâche Laëtitia Ducrocq, bien décidée à ne pas se laisser dicter sa ligne de conduite par les mesures contre la pandémie.

Léandre Leber (avec Vincent Delorme)
Photos Dicilà et DR 

Expositions à venir dans la Région: 

( pour les dates et heures des vernissages, suivre les réseaux sociaux ou mon site internet )

* AAC Galerie – A Corps et à Nus – du 1er au 27 Septembre 2020 ( vernissage vendredi 11 septembre à 19h ):  10 Allée des Tennis 80000 AMIENS

* La COLOC – Art et Cheval – du 1er septembre au 30 Octobre 2020 ( vernissage mercredi 23 septembre à 19h sur réservation par téléphone au: )

* Encadrement Vôtre – La Danse à Nu – du 2 au 31 octobre 2020

* Plaza Immobilier – L’Art à Nu – du 2 au 30 Novembre 2020: 1 Rue Flatters 80000 AMIENS

*  B’Art et Toiles –  Danseuses et Cathédrales – du 2 au 30 Novembre 2020 : 4 Avenue Aristide Briand 80100 ABBEVILLE

* Le Vivier – L’art à nu – du 28 Novembre au 30 Janvier 2021 : 593 Rue de Rouen 80000 AMIENS

* Une Maison en Ville – Nus et Cathédrales – du 28 Novembre au 30 Janvier 2021 : 2 Rue Duthoit 80000 AMIENS

Suivre l’activité ex positionnelle sur mon site artistique: www.ldart.fr 

!Signaler

Envoyer un message