Cinéma : Tu mourras à 20 ans de Amjad Abu Alala

Dans cet émouvant film de Amjad Abu Alala, réalisateur soudanais, le jeune héros vit avec le poids d’une malédiction qui l’empêche de s’émanciper. Une métaphore de l’état d’un pays engourdi par trente ans de dictature.

Au Soudan, la naissance de Muzamil est ternie par la venue d’un chef religieux qui prédit à sa mère que son nouveau né mourra à ses vingt ans. Le père quitte le foyer familial suite à cette terrible nouvelle. Muzamil sera élevé seul par sa mère, subissant les brimades des autres enfants jusqu’à son entrée à l’école coranique, et son rapprochement avec la jeune Naeima.

En préambule, nous ne pouvons que nous réjouir de voir un film Soudanais dans un festival de cinéma en France. En ce sens, le Festival International du Film d’Amiens répond parfaitement à la mission qu’il s’est assigné : l’ouverture aux cinémas du monde. Le documentaire Talking about Trees était plein de promesses, et il semblerait que ces promesses deviennent réalité. Au delà de la réjouissance que procure ce film par son origine et par sa production (également Soudanaise), il est surtout un véritable bon film de cinéma. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard qu’il ait remporté le Grand Prix du jury Fiction au Festival international du film à Amiens

Une histoire pleine de poésie

Ce qui rend le film de Amjad Abu Alala beau, c’est la poésie qu’il insuffle à une situation si rocambolesque et dramatique, dans un pays où l’obscurantisme religieux est encore très présent. La fatalité assumée de son personnage principal qui bien loin de se rebeller face à son sort, semble mener une vie douce faite de prières et beaucoup de résilience. Des brimades de son enfance à la découverte d’une autre façon de vivre (avec Suleiman, ex-caméraman revenu s’installer au pays), le film retrace le parcours d’un Mozamil pieux, mais curieux d’un monde qu’il ne connaît pas. 

Bande annonce

Si pour des raisons évidentes je ne divulguerai pas la conclusion de l’oeuvre de Amjad Abu Alala, nous pouvons tout de même savourer les subtilités d’écriture insufflées par le réalisateur. Point de procès fait à l’obscurantisme (métaphore de l’état dictatorial) dans Tu mourras à 20 ans, au contraire, le réalisateur lui oppose doucement la raison et son pénible chemin émancipateur. Tu mourras à 20 ans est une magnifique fable politique qui se laisse le temps de construire une histoire complexe, et qui n’oublie pas de se faire remarquer par une mise en scène élégante et esthétique. Le film de Amjad Abu Alala est un film à voir et le Festival du Film d’Amiens ne s’est pas trompé en lui accordant le Grand Prix du jury Fiction. Les programmateurs du festival ne se sont pas non plus trompés en programmant un autre film Soudanais (le documentaire Talking about Trees) dont l’écho résonne dans le magnifique Tu mourras à 20 ans

Tu mourras à vingt ans

Genre : Drame
Réalisatrice : Amjad Abu Alala
Acteurs : Mustafa ShehataIslam MubarakMahmoud Elsaraj
Pays : Soudan
Durée : 1h45
Sortie : 12 février 2020
Distributeur : Pyramide Films

N’hésitez pas découvrir les quatre autres critiques réalisés sur les films primés lors du festival international du film d’Amiens.

Joshua Alouane et Youssrah Mahadali

!Signaler

Envoyer un message