Culture : Le festival de la BD d’Amiens sort de sa bulle

Les 25es Rendez-Vous de la Bande Dessinée d’Amiens ont ouvert leurs portes ce samedi 5 juin, à la Halle Freyssinet. Au programme de ces quatre weekends de festival : des rencontres, des démonstrations live et des expositions d’une grande richesse. Petit tour d’horizon des expos qui vous attendent tout au long de ce mois de juin.

Depuis 2018, le festival, organisé par l’association On a Marché sur la Bulle, a investi la halle Freyssinet. Le temps du festival, ce bâtiment industriel exceptionnel est recouvert de vagues de plusieurs mètres de haut, imaginés par l’auteur de BD Marc-Antoine Mathieu.

Parmi les 5000 mètres carrés de la halle Freyssinet dédiés à la BD, on trouve une exposition tout à fait singulière, dans laquelle 20 auteurs se sont essayés à un exercice inventé par Thierry Martin. Le concept est simple : réaliser une séquence narrative avec trois enveloppes à fenêtre. Charly Adlard, dessinateur de The Walking Dead, ou encore l’Amiénois Hardoc, illustrateur de La Guerre des Lulus, se sont prêtés au jeu. Les artistes, plus brillant les uns que les autres, jouent avec le support, s’amusent de la fenêtre et cassent les codes comme sait si bien le faire le neuvième art.

Ça va swinguer

Autre moment fort du festival, l’exposition Sax’Machine, dédiée au manga Blue Giant de Shinichi Ishizuka. Cette œuvre en 10 tomes, raconte la quête de Dai Miyamoto, un lycéen japonais dont le rêve est de devenir le plus grand saxophoniste ténor. Plongé dans un club de jazz, l’expo propose d’admirer des planches d’une grande vivacité. Le mangaka a également réalisé une affiche pour les 800 ans de la cathédrale. Si après cette visite, l’envie de danser vous prend, l’expo Emma & Capucine et ses magnifiques fresques murales vous donneront la gigote.

Des trésors de tous les âges

Dans l’expo Chasseurs d’histoires, archéologie et bande dessinée la BD et les pièces archéologiques s’entremêlent, se questionnent et se répondent. Ce voyage à travers les siècles est imaginé par l’association « On a Marché sur la Bulle » en partenariat avec le Musée du Louvre, le Musée de Picardie et avec le soutien du service archéologique d’Amiens Métropole. « Ensemble, explique Pascal Mériaux, organisateur du festival, on a travaillé sur une recherche de planches, qui correspondaient à la fois à une période historique et qui interagissaient avec l’idée des objets archéologiques ». Des premiers hommes, en passant par l’Egypte et la Grèce antique, plongez dans l’histoire et l’imaginaire avec des planches originales de Jacques Martin (créateur de la série Alix) ou encore de Moebius pour accompagner ce périple à travers les âges.

Cyril Pedrosa, dessinateur de l’affiche du festival de cette année, se voit consacrer une exposition sur ses plus grandes ouvrages. Sans trop en dévoiler, on peut y (re)découvrir pêle-mêle cinq œuvres sélectionnées par les commissaires de l’exposition, Portugal, L’Âge d’Or, Les équinoxes, Trois Ombres ou encore l’irrévérencieux Auto bio. Le festival se poursuit hors les murs à la maison de la culture sur l’Âge d’or. L’occasion de se plonger dans les coulisses de l’œuvre, plus politique que le coup de crayon de cet ancien dessinateur des studios d’animation Disney (Hercule et Le Bossu de Notre-Dame), ne le laissent paraître.

À gauche une reconstitution d’un quartier de Lisbonne, à droite la féérie de l’Age d’or de Cyril Pedrosa.

À chacun sa case

Les plus jeunes ne sont pas en reste, avec l’exposition des Toutous de Dorothée de Monfreid. Et pour la première fois, les étudiants de la licence métier de la Bande dessinée de l’UPJV et l’association la hutte dessinée ont eu l’opportunité de réaliser leur propre exposition autour de l’univers de Picasso. Enfin, l’exposition « Libres ? », a fortiori militante, s’intéresse à la condition de la femme à travers cinq thématiques : le corps, la sexualité, la maternité, les violences et la société.

Cette année la situation sanitaire contraint le festival à instaurer des jauges d’accueil limitées, pas plus de 800 personnes par demi-journées. Pour s’y rendre, il faut avoir réservé sa place en ligne, pour chaque samedi et dimanche (9h-13h ou 14h-18h) car il n’y a pas de billetterie sur place.

Le programme complet sur le site rdvbdamiens.com

Julien Benesteau

Crédits photos : Jorge Fidel Alvarez – RdvBD Amiens. 

!Signaler

Envoyer un message