Culture : Qui de mieux que les étudiants pour dessiner leur fac ?

En cette période de pandémie, l’Université Picardie Jules Verne a décidé d’organiser un concours réservé aux étudiants de l’université. Celui-ci dans l’optique de rendre « plus joyeux cette dure période » affirme le Doyen de la faculté d’Arts. Le concours « Dessine ta fac » a permis aux étudiants amiénois de réaliser sous format A3 une affiche représentant un monument amiénois dans l’enceinte de l’UPJV ou alors le portrait de Jules Verne. L’écrivain français a donné son nom à l’ensemble des universités Picardes. Sur les 81 participants, 6 se sont vus récompenser.

Une diversité de technique a été utilisée par les étudiants : aquarelle, crayons, peinture ou encore en version numérique. Le vainqueur de ce concours est un étudiant de la faculté d’arts, du nom d’Anthony Rico, avec sa réalisation d’une planche en noir et blanc laissant apparaître plusieurs bâtiments de l’UPJV.

C’est donc ce mercredi 24 mars 2021, qu’a eu lieu la cérémonie des prix de ce concours annoncé par le président de l’UPJV Monsieur Mohammed Benlahsen aux lauréats, ainsi que par la Vice-présidente déléguée aux relations internationales dans l’université Picardie de Jules Verne et enfin par tous les membres du jury.

Anthony Rico 1er (500€) ; Maximilien Delfau 2ème (300€) ; Tiphanie Sonntag 3ème (100€) ; Cédric Eudier 4ème (100€) ; Romain Boubert 5ème (100€) ; Marie Descroix 6ème (100€).

Actuellement, sur Amiens on peut y voir un certain vide, comme cela a été retranscrit dans certains dessins. « Chaque repas de famille est animé par le passé des parents et grands-parents ayant connue la guerre, nous nous parlerons de la Covid. Restons joyeux et restons optimistes car cette situation exceptionnelle vous fait créer des dessins exceptionnels, vous avez créé ici de très belles performances » affirme le président de l’UPJV, Mohammed Benlahsen. Les œuvres des participants seront exposées dans les mois à venir.

De gauche à droite. Anthony Rico 1er ; Maximilien Delfau 2nd ; Tiphanie Sonntag 3ème ;
Cédric Eudier 4ème ; Romain Boubert 5ème ; Marie Descroix 6ème.

« L’art peut apporter de la rêverie et de l’évasion. » Mohammed Benlahsen.

Durant le confinement, l’équipe de l’Université Picardie Jules Verne a essayé de créer différentes formes d’actions pour créer du lien. « Nous avons été assez étonnés de voir autant de réponses » nous explique Mohammed Benlahsen.

« Cela a entrainé une réelle activité et générosité de nos étudiants. L’art peut tout d’abord apporter de la rêverie, de l’évasion et raconter leur vécu durant le confinement » nous dit le Président de l’UPJV. Le thème de cette première édition était Amiens et ses pôles universitaires, mais d’autres thèmes seront imaginés par la suite, par exemple il sera demandé aux étudiants de s’approprier leur université.

« Nous avons été frappé par la solitude qui se dégage de la plupart des dessins reçus ».

Marie Françoise Melmoux-Montaubin professeur de littérature française et Vice-présidente déléguée aux relations internationales dans l’université Jules verne de Picardie.

Ce concours a pu se faire par une prise de conscience des dirigeants de l’UPJV concernant l’isolement des étudiants. « Le dessin est une forme de communication intéressante en période de distanciation sociale. L’art de manière générale : dessin, peinture, musique, peut apporter deux choses contradictoires : une forme d’évasion vers un monde meilleur et aussi une forme d’encrage très étroit dans la société contemporaine, dans le monde d’aujourd’hui » explique Marie Françoise Melmoux-Montaubin.


Mohamed Bensahlen (Président de l’UPJV) ; Marie-Françoise Melmoux-Montaubin (Vice-présidente internationale déléguée de l’UPJV) ;

Il a été ici important de savoir comment les étudiants en cette période voyaient leur université. Marie Françoise Melmoux-Montaubin nous dit qu’ils « ont été très frappés par la solitude qui se dégage de la plupart des dessins reçus, et pas seulement ceux retenus pour les prix. »

Après avoir discuté avec les six gagnants, la majorité d’entre eux ont aimé relever ce défi. Ils viennent tous de filières différentes : art, science, histoires des arts ou encore des langues, mais sont tous réunis par la même passion : dessiner. Ce concours a permis aux étudiants de s’évader de la crise sanitaire, de l’isolement ou encore le temps d’une pause pendant les examens. Romain Boubert précise : « ce concours m’a permis de m’évader, puisque cela s’est déroulé pendant mes partiels, cela m’a permis de me libérer l’esprit ». Tous souhaiteraient dépenser l’argent gagné pour leurs projets professionnels ou dans l’achat de nouveau matériel.

Un rendez-vous hebdomadaire dès le 05 avril sera mis en place pour faire la présentation de leurs profils ainsi que leurs dessins présentés à ce concours.

Julie Michel

photos Léandre Leber

!Signaler

Envoyer un message