Culture : Une nouvelle galerie d’art au pied de la cathédrale d’Amiens

Ce lundi, Amiens faisait sa rentrée culturelle. A cette occasion, Brigitte Fouré, la maire d’Amiens et Alain Gest, président d’Amiens Métropole ont inauguré une galerie d’art contemporain, nommée TOTEM.

Nouveau lieu d’expositions éphémères, la galerie TOTEM, ouverte toute l’année, accueillera trois expositions par an. Cet espace, situé au pied de la cathédrale Notre-Dame, « confronte patrimoine historique et contemporain » pour Pascal Neveux, directeur du Fonds Régional d’Art Contemporain de Picardie Hauts-de-France (FRAC).

La première artiste à investir les lieux est Myriam Mechita. L’artiste plasticienne, qui partage sa vie entre Paris et Berlin a eu carte blanche pour créer son exposition intitulée « Je crois dans ce monde perdu comme on boit la nuit jusqu’au jour ». Pour construire sa proposition artistique, l’artiste française de 47 ans s’est appuyée sur la collection du FRAC. Sur les murs de la galerie, les œuvres de l’artiste dialoguent avec celles des artistes qu’elle a sélectionné, sur le thème du corps. Du plafond couleur nuit, un dégradé bleu, référence explicite au bleu Waide tire peu à peu vers le blanc.

Rendre accessible l’art contemporain

Quatre étudiants de l’UPJV et de l’École supérieure d’art et de design d’Amiens ont participé à l’installation. Les œuvres, riches, parfois difficiles d’accès pour les non-initiés, feront l’objet d’une médiation afin de les rendre accessible au plus grand nombre. Un point sur lequel Myriam Mechita insiste : « Cet espace doit permettre la compréhension et la circulation de l’art contemporain ». L’exposition se veut évolutive et accueillera d’autres œuvres du FRAC dans un second temps.

Après une période difficile pour le monde de la culture, Myriam Mechita ne manquait pas de rappeler le peu de soutien de la part de l’état aux artistes et soulignait qu’aider l’art contemporain, c’est avant tout « soutenir des artistes de leur vivant ». Et d’Alain Gest de rebondir en insistant sur l’aide « supplémentaire, qui n’existait pas avant«  apportée par la métropole aux artistes pendant l’épidémie.

Amiens, capitale européenne de la culture ?

L’ouverture de cette galerie, qui vient « compléter l’échiquier culturel » pour Pierre Savreux, vice-président d’Amiens Métropole en charge de la culture, témoigne de l’engagement de la métropole dans ce domaine. Maintenant que les Amiénois ont « retrouvé une vie quasi normale », Alain Gest « fait le pari de la culture », comme Brigitte Fouré, qui « rêve que la culture et l’art soient présents dans la rue », car « c’est ce qui nous unit, nous fait rêver ». Ce sera le cas tout au long du mois de septembre, avec le banquet de Saint-Leu ce weekend et « Amiens s’illumine » qui clôturera les célébrations des 800 ans de la cathédrale les 17 et 18 septembre. Les œuvres de street art du festival ICONIC investiront quant à elles, les murs de la ville jusqu’à la fin de l’année.

L’ouverture de cette galerie s’inscrit dans la volonté de la métropole d’Amiens de développer les arts visuels, à l’instar de la bande dessinée dont les Rendez-Vous de la Bande Dessinée est désormais l’un des festivals les plus importants en France. L’objectif pour Brigitte Fouré est de faire d’Amiens la capitale européenne de la culture en 2028.

TOTEM est ouvert du lundi au samedi de 13h30 à 17h30

L’exposition « Je crois dans ce monde perdu comme on boit la nuit jusqu’au jour » se tiendra jusqu’au 17 décembre 2021

Julien Benesteau

Crédit photo : Julien Benesteau

!Signaler

Envoyer un message