Entrepreneuriat : Mathieu Guyot de MGA, au secours des apprentis

Avec plus de 500 000 contrats signés en 2020, l’apprentissage atteint des chiffres records en France. Pour accompagner au mieux les nouveaux et les anciens acteurs du secteur, l’entreprise MGA, installée à la pépinière Jules Verne, propose son expertise pour que votre contrat d’apprentissage soit une réussite.

Mathieu Guyot a créé son entreprise en avril 2021 avec son associé Benoît Goyheneche. MGA conseils et formations « est dédiée au développement de l’apprentissage, je veux permettre à tous les acteurs de l’apprentissage de faire leur job correctement » affirme Mathieu Guyot. MGA propose du conseil, de la formation et des audits aux différents acteurs du milieu, du maître d’apprentissage en passant par l’apprenti et les agents administratifs des écoles.

Quand on te demande « est-ce que ça tu peux le faire ? »

N’écoutes pas la question, réponds juste oui.

Mathieu Guyot

Un milieu que cet amiénois d’adoption connait bien. Mathieu Guyot baigne dans le domaine de l’apprentissage depuis 2011, d’abord comme consultant RH, puis comme responsable développement et référant juridique au CFA IRFA-APISUP d’Amiens de 2017 à 2020. Mathieu, le dit lui-même, c’est un véritable mordu de droit social, « les gens me prennent un peu pour un OVNI, j’adore lire des jurisprudences ou des arrêts de la cour de cassation » confie-t-il non sans humour. « J’ai une philosophie qui est que lorsqu’on te demande « est-ce que ça tu peux le faire ? » N’écoutes pas la question, réponds juste oui. Si tu ne sais pas faire ce n’est pas grave, tu demandes 15 jours et tu apprends, c’est la meilleure manière de se mettre dans une situation d’inconfort et d’apprendre. »

Une loi qui change la donne

Avec MGA, Mathieu fait le grand saut entrepreneurial. L’idée a germé au cours du premier confinement. Suite à une évolution réglementaire, il constate un besoin du marché. En septembre 2018, la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel a énormément modifié le fonctionnement de l’apprentissage. « Pour faire simple, avant 2018, explique Mathieu, les conseils régionaux décidaient des diplômes en apprentissage qui allaient ouvrir. Ça veut dire qu’une école, quelle qu’elle soit, ne pouvait pas d’elle-même décider du jour au lendemain de faire un diplôme en apprentissage, elle devait d’abord monter un dossier à la région. L’avantage c’est qu’il y avait une cohérence au niveau de l’offre de formation. L’inconvénient c’est qu’en matière d’innovation et de développement c’était très lent. Aujourd’hui, n’importe quel centre de formation, école ou entreprise peut décider d’ouvrir un diplôme en apprentissage. »

Je suis persuadé que toutes les entreprises n’ont pas vocation à recruter un apprenti

Mathieu Guyot

La libéralisation du secteur de l’apprentissage a fait émerger de nouveaux besoins. D’une part les nouveaux acteurs ont tout à apprendre et d’autre part les acteurs historiques doivent se réinventer pour faire face à la concurrence. Ajoutez à cela, la crise sanitaire et vous obtenez un florilège de questions juridiques qu’il faut adresser. C’est là que Mathieu Guyot intervient. « Mes clients ce sont des centres de formation d’apprentis (CFA), qui entre le code du travail et la certification qualité ont énormément de missions à mener, que ce soit sur l’accompagnement des alternants et des entreprises partenaires, ainsi que sur la partie finance ou réglementaire. Moi je viens les aider à faire ces missions-là. Mes clients ce sont aussi les entreprises parce que je les aide à analyser leurs besoins. Je suis persuadé que toutes les entreprises n’ont pas vocation à recruter un apprenti parce que ça demande de l’organisation, du temps, de l’énergie et aujourd’hui il y a des entreprises qui ne sont pas prêtes à recruter un apprenti. »

Mathieu Guyot propose des vidéos en libre accès sur youtube et distille des conseils sur son compte Linkedin. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site internet de MGA.

Retrouvez également les très inspirés goûts et couleurs de Mathieu.

Julien Benesteau

crédit photos Julien Benesteau- Dicila.media

!Signaler

Envoyer un message