Entrepreneuriat : Mobilaine, la première boutique ambulante de fils à tricoter d’Amiens

Peut-être avez vous déjà vu ce drôle de camion bleu, sillonner les marchés et les parkings de la métropole depuis trois mois. Ce « camion laineux » comme l’aime l’appeler Elodie Leflot, est la première boutique ambulante de fils à tricoter sur Amiens. Loin d’être cousu de fil blanc, le concept a déjà rencontré son public.

« Au détour d’une photo sur instagram, je suis tombé sur un vieux camion Citroën type H réaménagé avec quelques pelotes de laine » raconte l’Amiénoise. Lors du premier confinement de 2020, Elodie travaillait encore dans un concept store, comme de nombreux français cette année là, elle décide de changer de métier pour se recentrer sur l’essentiel. « Je ne suis pas certaine que ça se serait mis en route sans la pandémie » confie-t-elle. Elodie a pu compter sur le soutien de sa famille pour l’achat de la camionnette.

La camionnette bleue Mobilaine

À 36 ans, cette « grande tricoteuse » reprend à sa sauce l’idée de Laines and co, mercerie ambulante de Mulhouse, pour l’adapter dans la Somme. Oubliez la petite camionnette de l’Est, Elodie a opté pour un « tank ». Avec près de 10 m2 de boutique à l’intérieur, de quoi accueillir des pelotes de laine, du tissu exclusivement français, Oeko-Tex et autres boutons vintage. Son camion, Elodie en est fière. « C’est vraiment l’idéal et cela rajoute un supplément d’âme de monter dans un camion que l’on a bien décoré ».

Un camion qui rassemble

La camionnette offre une grande liberté à Elodie. Depuis la levée des restrictions, elle peut varier les lieux de rencontre et retrouver les marchés. « La mobilité fait que je vais vers les gens, chacun fait un pas vers l’autre, tandis que dans une boutique physique on attend que les clients viennent à nous, là on est un peu sur un pied d’égalité». Elodie a d’ores et déjà fidélisé une partie de sa clientèle, « c’est une des choses qui me touche le plus, j’ai réussi à tisser un lien très vite avec un bon nombre de personnes et il se crée autre chose qu’un simple commerce, on est sur du partage ».

Des pelotes de toutes les couleurs

Le camion bleu devient un lieu de rencontre et de partage. La tricoteuse se plaît à parler de laine, « matière vivante », avec les femmes et les hommes qui s’aventurent dans sa boutique. Car le tricot n’est pas qu’une affaire de femmes. « L’idée maintenant c’est qu’un tricoteur et une tricoteuse soient considérés de la même manière, c’est-à-dire que lorsqu’un homme rentre dans mon camion pour parler tricot, ça ne doit pas être exceptionnel. Il y a des hommes qui tricotent fabuleusement bien et se cachent un peu pour le faire. »

Pour prolonger ces moments de partage, Elodie cherche activement un local pour donner des cours de tricot et entretenir le lien avec les autres passionnés de la maille à l’endroit et à l’envers. « Les clients viennent chercher une chaleur de la laine, mais aussi une chaleur humaine, une forme de tricothérapie. »

Retrouvez les horaires et les lieux de rendez-vous chaque semaine sur la page Facebook de Mobilaine.

Julien Benesteau

Crédits photos : Elodie Leflot, Mobilaine

!Signaler

Envoyer un message