Entrepreneuriat : Postee, la lettre recommandée nouvelle génération !

Envoyer une lettre recommandée sans se déplacer et à moindres frais. En ces temps de pandémie et de crise économique, l’idée de Romain Richard, Gauthier Testu et Mickaël Debrie, semble promise à un bel avenir. Les trois entrepreneurs ont lancé Postee.

Envoyer ses lettres recommandées par internet, c’est possible !

Ne plus faire la queue au bureau de poste et ne plus attendre plusieurs jours l’accusé de réception, quand on veut résilier son bail ou un contrat d’assurance : voilà des exemples de situations de la vie courante pour lesquels il y a du nouveau. C’est dans ce contexte qu’est né Postee, « nouvelle manière, dématérialisée, d’envoyer ses lettres recommandées » explique Romain Richard, un entrepreneur, développeur informatique. Les trois Amiénois à l’origine du projet, sont également les fondateurs de la la start-up My Blockchain Company, début 2018. Cette dernière surfe notamment sur l’essor des crypto-monnaies comme le bitcoin (BTC). « Une blockchain, c’est un système de transmission d’informations ou de transactions financières fiable, sécurisé, transparent et non piratable«  argumente Romain Richard. Au quotidien, « le groupe Carrefour utilise par exemple aujourd’hui une blockchain pour tracer les oeufs, avec un flash code » assure le développeur.

Postee, mode d’emploi

Postee, qui est dans les cartons depuis 2019, « mais qui a été ralenti par la crise sanitaire et le confinement » déplore Romain Richard a été lancé en janvier 2021. Le site propose « des lettres recommandées, sans accusé de réception pour commencer et à 1,49 € HT » indique-t-il. À terme, l’équipe compte intégrer le système de blockchain à Postee, « ce qui permettra de baisser les prix pour les utilisateurs » assure Mickaël Debrie.

Comment ça marche Postee ? Cela semble simple comme une lettre à la poste ! « L’expéditeur se connecte à Postee, il se crée un compte, il met le document à envoyer sur la plateforme en ligne avec l’adresse e-mail du destinataire. Le destinataire reçoit alors instantanément un e-mail le prévenant qu’un recommandé l’attend, sans savoir qui lui envoie » détaille son développeur. Un dispositif d’ailleurs encadré plutôt deux fois qu’une ! « On va avoir un niveau d’authentification européen EIDAS«  précise Romain Richard. EIDAS comme Electronic IDentification Authentication and trust Services, un règlement de l’Union Européenne pour les transactions électroniques, qui donne sa valeur juridique au service. Pour appuyer sa légitimité, la petite équipe compte bien renforcer la sécurité de son site. Pour ce faire, Postee va intégrer France Connect, un service d’état qui permet d’authentifier l’identité des utilisateurs et d’ajouter la possibilité de réaliser des signatures électroniques. Dans les mois qui viennent, le site sera doté d’un système de grade de sécurité. Ainsi, « envoyer une lettre de démission ne nécessitera pas un haut niveau d’authentification, tandis que résilier un contrat d’assurance demandera à l’utilisateur un plus fort niveau d’authentification » précise Mickaël Debrie.

Les professions juridiques ciblées

« Peu importe le poids de la lettre recommandée, on va jusqu’à 256 Mo, soit l’équivalent de six ramettes de papier » souligne Romain Richard, fier également de l’aspect écologique de Postee : « contrairement au recommandé papier, il n’y a ni transport physique, ni impression. C’est même du coup Covid friendly ! » rajoute-t-il. Le secteur de la lettre recommandée dématérialisée aiguise les appétits et devient déjà concurrentiel. La Poste communique justement en ce moment sur la lettre recommandée électronique qu’elle propose elle aussi, mais à un tarif plus élevé que Postee, à partir de 6,17 € TTC. Il faut savoir que le marché est immense, avec pas moins de 800 000 lettres recommandées envoyées chaque jour en France ! « On s’adresse à tous les publics », affirme Romain Richard. « Mais notre cœur de métier va se situer quand-même au niveau de l’entreprise et des professions juridiques, les plus grosses consommatrices de recommandé papier. Nous sommes en contact avec des agences immobilières, des syndics de copropriété. Les convocations aux assemblées générales par exemple, c’est fastidieux et onéreux à envoyer en version papier. Les experts-comptables et les commissaires aux comptes devraient aussi nous voir arriver d’un bon œil » espère le développeur amiénois.

Un lancement réussi et des idées plein la tête


Jusqu’ici le lancement de Postee est une réussite, « on a franchi la barre des 100 utilisateurs actifs sur le premier mois et les premiers retours sont positifs » affirme Mickaël Debrie. Désormais lancée, la start up ne compte pas en rester là, une levée de fond est dans les tuyaux et dans les mois à venir, l’équipe devrait accueillir deux développeurs supplémentaires. La Startup voit grand ! Romain Richard affirme que « la lettre recommandée dématérialisée peut avoir un avenir européen et même américain, car aux Etats-Unis, on passe beaucoup par les avocats, alors pour faire plus rapide et moins cher, la lettre recommandée électronique peut être très intéressante ». Il croise les doigts, espérant avoir trouvé le bon filon…



Vincent Delorme (avec Léandre Leber et Julien Benesteau)

crédit photo Postee

!Signaler

Envoyer un message