Entrepreneuriat : Recyclage et design font bon ménage avec La maison du baril

Téo Delaby, étudiant en deuxième année de master STAPS a créé sa micro-entreprise en septembre 2020 : La maison du baril. Le jeune homme de 23 ans propose des objets décoratifs recyclés personnalisables.

Comme l’histoire de son plâtre, une simple chute à vélo, Téo Delaby préfère rester modeste sur les origines de sa petite entreprise. « J’ai pas mal de contacts qui ont des garages automobiles, ils m’ont dit « nous on déborde de barils, donc toi si tu veux les récupérer ça nous fait de la place » » explique Téo. Ensuite, l’idée est simple, donner une seconde vie à ces barils pour en faire des objets décoratifs, le plus souvent ornés d’un logo à l’effigie d’une marque de luxe. Il commercialise désormais des bombes de peinture, des capsules, des planches de skate ou encore des extincteurs sous le même principe.

Un concept inspiré par la téléréalité

Téo l’affirme, il n’a rien inventé. C’est en surfant sur Instagram que l’étudiant a trouvé le filon : « À la base ce sont des artistes qui vendent ça, les gens de la téléréalité en sont friands, parce que c’est de l’art et ça prend de la valeur ». Un business qui joue avec la zone grise, puisque « les marques n’autorisent pas à ce qu’on utilise leur logo, mais la plupart tolèrent tant qu’on ne dégrade pas leur image » confie Téo, bien au fait de la réglementation.

C’est ce qu’on appelle un pilier de bar !

Petite entreprise deviendra grande

L’étudiant nettoie, recycle l’huile et prépare les barils à être réutilisé, puis passe par un prestataire pour les personnaliser : « Le premier que j’ai fait, c’était à la bombe, donc déjà ça coûte très cher et en plus de ça, le rendu n’était pas fou. J’essaye de produire une meilleure qualité, j’étais sur de la peinture de carrosserie de voiture et là je vais passer sur de la peinture époxy, c’est le top qualité. » Pour stocker sa collection de barils, Téo a investi dans un petit local et une stagiaire en community management l’a rejoint récemment pour l’épauler dans son développement.

Médecine et business

Avec la réouverture des commerces, Téo espère voir fleurir ses barils sur les terrasses des cafés. Disponible pour les particuliers, l’entrepreneur souhaite davantage s’adresser aux professionnels et compte développer la location d’objets pour l’événementiel. Mais il n’en n’oublie pas pour autant ses études, « pour la rentrée j’aimerais trouver un travail dans la rééducation à mi-temps et continuer à développer cette micro-entreprise. Je réfléchis tout le temps à ce que je pourrais faire, mais j’essaye toujours de me baser sur le recyclage parce que les produits ne coûtent rien et le fait de donner une seconde vie à des objets plutôt qu’ils soient fondus je trouve ça sympa, parce que ça fait beaucoup de pollutions lorsque les barils sont percés dans les ferrailles. Si l’on peut aider un petit peu la planète… »

Retrouvez la Maison du Baril sur Facebook et Instagram.

Julien Benesteau

!Signaler

Envoyer un message