Entrepreneuriat : Reprendre goût à la lecture grâce à la série littéraire sur Rocambole

L’application française Rocambole, se donne pour objectif de « refaire lire les Français tous les jours 5 minutes ». À l’origine de cette plateforme de streaming littéraire, l’Amiénois François Delporte, nous explique les dessous du « Netflix du livre ».

« Rocambole c’est des histoires, mais c’est avant tout une histoire, celle de la rencontre de Camille, la cofondatrice et moi-même en 2018, raconte François, le centre national du livre venait de sortir une enquête comme quoi « plus de 2 Français sur 3 voulaient lire davantage ». Camille venait de l’édition et de la littérature, moi je venais de l’entrepreneuriat et on a eu envie d’essayer de proposer une nouvelle expérience de lecture ». Lauréat du start-up weekend organisé par le ministère de la Culture en juin 2018 et passé par le programme de Station F Rocambole poursuit sa mission avec originalité.

Revisiter le roman-feuilleton

Le concept de Rocambole est simple, « proposer un format de lecture différent, plus court, plus fragmenté ». Pour ce faire, la plateforme, accessible sur tous les écrans, propose des séries à lire par épisodes de cinq minutes. Chaque série demande en moyenne une heure de lecture et toutes les semaines, deux nouvelles séries viennent enrichir le catalogue. L’utilisateur a accès à l’intégralité du contenu moyennant un abonnement de 3.99€ par mois ou 39.99€ par an.

François Delporte

À première vue, l’application semble être calibrée pour de jeunes citadins qui n’ont pas forcément « un livre sous la main dans le métro », mais à en croire François Delporte, le public concerné est bien plus large. Les utilisateurs seraient en majorité des femmes, pour moitié de type grands lecteurs, de tous les âges, et qui n’ont pas forcément un « usage transport en commun ». Présent dans plus de 70 pays, Rocambole reste pour l’heure essentiellement francophone.

Un format singulier

L’un des atouts de l’application Rocambole est qu’elle ne propose que du contenu original. Il faut dire que le format de lecture est assez singulier, « sur une série, il faut captiver le lecteur en 5 minutes, c’est très court, ça fait deux, trois pages word, il faut un cliffhanger à la fin, on ne peut pas avoir 50 personnages, il faut limiter les points de vue, donc il y a vraiment une technique. » explique François. Rocambole produit elle-même ses séries et il est même possible de proposer ses propres histoires ! « Un auteur peut candidater via notre site web, précise François. Il nous soumet le premier épisode de sa série et le synopsis des épisodes suivants de la saison, pour que l’on comprenne à la fois la qualité de sa plume et de l’arc narratif. On va retenir environ 5% des candidatures. Lorsque l’auteur est retenu, il se voit attribuer un directeur de collection, qui va l’accompagner dans la montée en qualité pour atteindre notre niveau d’exigence ».

Interface de l’application smartphone de Rocambole

La réactivité, une stratégie payante

Rocambole possède également sa propre « fabrique », elle regroupe pas moins de 25 auteurs et scénaristes. Ces derniers permettent à Rocambole de suivre les tendances du moment en proposant très rapidement des séries sur des sujets à la mode, « par exemple on a fait une série sur Judit Polgar, la plus grande joueuse d’échecs de l’histoire, quelques semaines après le succès du Jeu de la Dame sur Netflix » précise François. Enfin, Rocambole collabore également avec des grands noms de la littérature comme l’écrivain Jacques Expert, qui propose sa série originale « Cinq minutes avant de mourir, ils étaient encore vivants » à partir du 16 février.

La plateforme qui a connu un succès retentissant lors du premier confinement, ne compte pas s’arrêter là. Une catégorie « série direct » qui propose des épisodes quotidiens gratuitement a fait son apparition en février et le genre de « la romance épicée » débarque sur la plateforme. Une manière pour Rocambole de continuer à se développer et d’éveiller le goût de la lecture comme le prône modestement François, « Nous ne sommes pas là pour remplacer le livre mais pour proposer une façon de lire un peu différente ».

Retrouvez les goûts et les couleurs de François ici.


Julien Benesteau

Crédit photo : Rocambole

!Signaler

Envoyer un message