Gastronomie : La chèvrerie du moulin de Prouville, pour l’amour de la nature

Dans le petit village de Prouville, au nord d’Amiens, se trouve un élevage de chèvres tenu par un ancien rameur olympique. Rencontre avec Xavier Philippe à la chèvrerie du moulin de Prouville.

Depuis 2014, Xavier Philippe s’est lancé dans une aventure pour le moins dépaysante. L’ancien sportif de haut niveau, qui a participé aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004 en aviron, a préféré mettre sa carrière de côté afin de se consacrer à une passion d’enfance, élever des chèvres. Pour autant, il n’a pas totalement lâché son sport fétiche, en témoigne les quelques embarcations présentes dans sa cour. « L’aviron fait toujours partie de ma vie. Je donne encore des séances de sport sur mon temps libre entre deux livraisons de fromage.»

L’élevage compte près de 60 chèvres, avec ou sans cornes.

En produisant plusieurs dizaines de litres de lait par jour, la chèvrerie permet à Xavier Philippe de diversifier sa gamme de produits : « Avec tout le lait, je peux produire environ 300 à 400 yaourts par semaine, ou même 150 fromages par jour. Etant donné que je travaille surtout avec des boutiques qui privilégient le circuit court et en vente directe, je peux faire vivre mon élevage. La meilleure vente, c’est le fromage frais nature. Ce qu’il y a de plus classique, et c’est aussi le produit qui demande le moins de transformation.»

La nature au centre

Avec un élevage d’une soixantaine de chèvres, Xavier Philippe met au cœur de son élevage une notion primordiale : laisser faire la nature. « Je ne cherche pas à maximiser les profits et élargir au maximum mon élevage. Toutes mes chèvres voient la lumière du jour chaque jour. J’essaye de les faire sortir un maximum en prairie pour garder ce côté naturel qui me tient à cœur » détaille l’ancien rameur.

Xavier Philippe peut produire 300 à 400 yaourts par semaine de façon artisanale.

Bénéficiant du label « agriculture biologique« , la chèvrerie du moulin de Prouville se veut totalement naturelle : « Quand en magasin les gens voient des produits à base de lait de chèvre, tout de suite on pense que c’est naturel et bio. Alors oui c’est bien d’avoir ce label, d’autant plus que ça colle parfaitement avec la mentalité que j’essaye de donner à la ferme lors des visites pédagogiques ou des ventes directes. » D’autant plus que les élevages de chèvres sont assez rares dans la région, « dans les Hauts-de-France, il y a environ 3.000 chèvres, alors que dans le Poitou, il y en a près d’un million. Alors il faut donner une belle image des élevages dans la région.»

L’impact minime de la pandémie

Si la pandémie a pu affecter de nombreux secteurs d’activité, la chèvrerie de Xavier Philippe n’aura pas vraiment subi d’impact négatif de la pandémie sur sa production et ses ventes. « En étant à la campagne, et avec une clientèle d’habitués, les chiffres n’ont pas énormément bougé. Je ne fais pas de marchés, tout simplement parce que je n’ai pas le matériel ni le temps. L’annulation de ces événements ne m’affecte pas du tout, alors les ventes ne bougent pas beaucoup.»

Il faut au minimum deux mois d’affinage à ces fromages de chèvres pour être consommés.

Le seul préjudice qu’aura eu le Covid sur la chèvrerie est l’annulation des visites pédagogiques. « C’est tout le temps un moment d’échange privilégié avec les enfants. Ils voient des chèvres alors ils sont contents. Quand on pourra enfin réorganiser ces visites, on pourra se dire que tout revient à la normale, même si dans ce coin de campagne le Covid est assez peu présent. » conclue Xavier Philippe.

Vous souhaitez découvrir les produits de Xavier Philippe directement à la chèvrerie ? Rendez-vous tous les samedi matin de 10h30 à 12h. Plus d’informations sur le site https://www.chevreriedumoulin.com/.




Arthur Lasseron

Crédit photos : Arthur Lasseron – Dicila.media

!Signaler

Envoyer un message