Vin : Mazarus en magnum ! La bulle amiénoise se porte bien !

Après les cristaux Swarovski apposés sur leurs bouteilles de Champagne, Mickaël Debrie et Gauthier Testu, les deux jeunes Amiénois créateurs en 2017 de la marque de Champagne Mazarus, sortent à présent un magnum, également orné de son cristal Swarovski.

Si le vignoble champenois s’étend sur une partie du département de l’Aisne, il n’a pas -encore- avancé jusqu’à la Somme et Amiens. Mais c’est bien de l’ancienne capitale régionale picarde que Mickaël Debrie, 28 ans, et Gauthier Testu, 26 ans, chapeautent leur marque de Champagne Mazarus. « On ne vient pourtant pas de ce milieu-là » précise Gauthier, mais leur passion pour les vins et spiritueux a été plus forte que les préjugés de certains. « Nos profils, notre jeunesse ont pu inquiéter au début les producteurs que nous démarchions, mais nous avons su les rassurer » explique Mickaël Debrie. « Nous avons eu une très bonne collaboration avec eux, ils nous ont beaucoup appris, sur le terrain. Quand les banquiers nous ont également fait confiance, on a pu relever le défi » indique Gauthier Testu.

Personnaliser les bouteilles

Les deux jeunes associés se sont connus étudiants, sur les bancs de l’ISEG, école lilloise de communication et marketing. En 2016, ils commencent à réfléchir à créer leur entreprise, en lien avec leur goût partagé pour le Champagne. Leur idée : personnaliser les bouteilles, car « le Champagne est le segment qui se prête le plus aux événements et aux célébrations. Les clients achetaient leurs bouteilles et ensuite on les customisait avec des cristaux Swarovski » se souvient Gauthier Testu, en charge du marketing et de la communication de Mazarus. Très rapidement, les deux jeunes entrepreneurs éprouvent l’envie de créer leur propre marque de Champagne. « On a trouvé nos producteurs, des maisons de Champagne familiales, on est allé voir Swarovski pour leur proposer un partenariat » et le géant autrichien du cristal a dit banco !

Mazarus en lien avec Mazarin

Et pourquoi ce nom Mazarus ? « C’est lié au cardinal Mazarin » explique Mickaël Debrie, chargé de la commercialisation de la marque. « C’est une obligation quand on crée une marque de Champagne : il faut lui donner un nom patronymique« . Alors ils ont cherché et Mazarin, cardinal au service du Roi Louis XIV, s’est imposé « à cause de sa passion pour les diamants et les pierres précieuses. Il a même amené la haute joaillerie en France » explique Mickaël. Voilà pour le joli lien entre Mazarin et les cristaux. On peut en trouver un autre, entre le cardinal et le Champagne, puisque les dix-huits diamants légués par Mazarin à sa mort en 1661 ont ensuite orné la couronne de France, portée par les Rois, lors de leurs sacres, à Reims (*).

Quatre cuvées créées en trois ans

C’est ainsi que sort, en septembre 2017, la première bouteille de Champagne Mazarus ornée de son cristal Swarovski. « Chaque bouteille a un cristal et chaque cuvée un cristal différent » précise Gauthier Testu. Des cuvées, ils en ont sorti quatre depuis trois ans. Héritage, l’entrée de gamme « mais de qualité » (27 € avec le cristal sur la bouteille), « un blanc de blanc 100% Chardonnay, ce qui est mieux que les assemblages bruts de trois cépages que l’on trouve souvent » assure Gauthier Testu. « Une cuvée vieillie trois ans, qui a une belle fraîcheur, un côté très fruité, une bulle très fine, sans acidité ni amertume. Un Champagne qui ne fait pas mal à la tête, qui plaît aux hommes comme aux femmes, mais qui reste à consommer avec modération » rappelle le plus jeune des deux associés. La deuxième cuvée Mazarus produite à Nogent-L’Abesse, à l’Est de Reims, est la Grande Réserve, un blanc de blanc également, mais vieilli cinq ans. Et c’est de Chouilly, près d’Epernay, que proviennent les cuvées Cardinal et Marquise, plus chères, respectivement à 45 et 50 € la bouteille. « Cardinal, c’est un Champagne grand cru qui a vieilli quatre ans. Et Marquise, un Champagne rosé qui passe très bien l’été ! » souligne Gauthier Testu.

Mazarus ne connaît pas la crise

« Nous avons vendu 4000 bouteilles en 2019 » annonce Gauthier Testu. « Et cette année, malgré le confinement et la crise sanitaire, on devrait facilement atteindre les 6000 cols. On va réaliser une bonne année, même si elle aurait pu être exceptionnelle… Prochain objectif : le cap des 10 000 bouteilles« . Un objectif qui sera peut-être facilité par la nouveauté de cet automne 2020 : l’arrivée du magnum Mazarus. 150 centilitres de la cuvée Héritage, à 50 €. « On a hésité pour savoir si on allait mettre sur le magnum un cristal plus grand que sur la bouteille. Avant de choisir finalement de garder la même taille » raconte Mickaël Debrie. « Le cristal Swarovski, c’est une touche visuelle et marketing. On sait qu’au restaurant, quand les gens boivent notre Champagne, ils essaient de retirer le cristal de la bouteille… Attention d’ailleurs à ne pas se blesser car il est bien fixé ! » expliquent très sérieusement Mickaël et Gauthier. Alors qu’à la maison, le plus simple est de conserver précieusement la bouteille et son cristal. Mais Gauthier Testu ne veut pas perdre de vue ce qui reste le plus important à ses yeux : « ce qu’il y a l’intérieur de la bouteille ! »  Il est aussi a noter que les deux entrepreneurs recherchent un attaché commercial, VRP, pour assurer le développement de la marque.


Une offre nouvelle pour octobre


Autres nouveautés, pour la fin d’année qui approche : des éditions en coffrets ainsi qu’une offre à partir du 15 octobre sur le site https://champagne-mazarus.com/  « que l’on pourra trouver ensuite chez nos distributeurs partenaires que sont la maison Martigny et la boutique Table & Saveurs » (toutes les deux dans le centre-ville d’Amiens), annonce Gauthier Testu. Alors que côté pubs et restaurants, Le QuaiLe Porc St LeuOsmoz, le BMB ou encore le Nelson sont ceux, entre autres, qui proposent le Champagne Mazarus. Ils sont aussi partenaire du club de Handball de l’Amiens Picardie Handball. Preuve qu’au pays de la ficelle picarde, un Champagne commercialisé par deux enfants du coin a su se faire une place de choix !

Reportage Léandre Leber
Photos Guillaume Crochez
Rédaction Vincent Delorme

(*) Mazarin n’a, a priori, pas pu déguster de Champagne puisque la création du plus célèbre vin effervescent est estimée à 1695, soit une trentaine d’années après sa mort.

!Signaler

Envoyer un message