Tourisme : Le « bleu » des « Puits Tournants » à Fréchencourt

En cette période, le vol d’oiseau à 100 km, est la nouvelle référence pour se déplacer à pieds, à vélo, en voiture, en train. Un temps pour découvrir autour d’Amiens des lieux, des marches, des espaces de libertés où il est bon de flâner, d’observer et de respirer cet air de Picardie, des Hauts de France.

Nous commençons cette découverte des 100 km par un lieu « d’abyme », à une dizaine de km d’Amiens, dans la commune de Fréchencourt. Une signalétique discrète indique « Les puits tournants ».

Un parking et au fond un panneau d’information, à peine quelques pas, et un premier puits tournant est là. Un spectacle, un étonnement, des couleurs d’un bleu inattendu, d’une eau limpide et claire. Seul le reflet des arbres et des nuages vient troubler cette eau.  Une déambulation le long de ce chemin discret, et cette présence mystérieuse des bleus si purs, des bulles discrètes faisant vibrer l’eau comme un tableau impressionniste de Monet. L’eau ne tournait pas ce jour là, mais la chromatique des bleus était là…

Une profondeur de 5.50m

Cette divagation est courte, et nous arrivons au dernier puit.  Une oeuvre en céramique, à la tête de cheval en métal, est posé face à l’Abyme. Les carreaux de céramique représente les légendes du lieu. Ce dernier puit profond (5.50m) attire mon regard. J’y cherche les chevaux et la calèche… J’imagine cette légende, allongé au soleil, avec sous mes yeux, cet Abyme ou les bleus du puits et du ciel, se jouent des nuages et du soleil en des reflets « vibrant »…

Léandre Leber
Crédit Photo : Léandre Leber – Dicilà

Des goûts et des couleurs :

J’irai : avec un ami photographe
J’écouterai : John Surman, Road to St Ives
J’emmènerai : un livre de légendes de Picardie qui évoque le lieu en p. 89…
Une œuvre : les Nymphéas de Monet.
Un plat : la « jelly anglaise » pour sa transparence vibrante ou des fraises de la cueillette à St Gratien.

!Signaler

Envoyer un message