Tourisme : Le musée de Picardie entre archéologie et bande dessinée

Une double exposition mêlant archéologie et bande dessinée est organisée par le musée de Picardie et l’association « On a Marché sur la Bulle ». Elle se tiendra jusqu’au 29 août au sein du Musée de Picardie à Amiens et jusqu’au 29 juin à la Halle Freyssinet.

Le musée labélisé « musée de France » regroupe de riches collections de la Préhistoire du XXème siècle en archéologie et en peinture. Fermé durant plus de trois années, il a collaboré avec l’illustrateur Fraco pour faire des planches sur le chantier du musée afin de promouvoir sa réouverture en mars 2020.

Les Rendez-Vous de la BD d’Amiens accueillent l’exposition « Chasseurs d’histoires, archéologie et bande dessinée ». Des pièces muséales font échos aux imaginaires des dessinateurs. Ces riches trésors permettent de redécouvrir l’archéologie d’une manière différente grâce à des planches de BD.

Le trésor de Boscoreale, partenariat exceptionnel avec le Musée du Louvre

Le trésor de Boscoreale, découvert en 1895 est certainement l’un des plus incroyables de l’exposition. Prêté et conservé par le Musée du Louvre, 21 pièces d’argenterie, de bijoux, découverts dans la ville de Boscoreale (Italie) datant du 1er siècle y seront exposés pour l’occasion. La bande dessinée de Winsor McCay fait écho à ces magnifiques trésors dont les planches parurent en 1914 dans « Little Nemo in Slumberland« . L’un des agents d’accueil du musée nous confie que « c’est l’une de mes œuvres préférées, à la fois intrigante et dessinée avec une précision extraordinaire« . L’argenterie est mise en avant au sein de la bande dessinée et rend son histoire encore plus belle.

Trésor de Boscoréale et Bande dessinée « Little Neo in Slumberland » de Mcay.

A la découverte de la dame de Renancourt

Les archéologues et les auteurs de bandes dessinées s’intéressent tous deux au passé. L’un examine l’histoire, l’autre l’écrit à partir de ces matériaux et redonne vie aux objets anciens. S’il y a bien un objet archéologique qui a repris vie à travers une planche, c’est la Vénus de Renancourt. Découverte en 2019 à Amiens lors de fouilles dans le quartier de Renancourt, elle fait partie d’une série de quinze statuettes. Bien conservée, entière, la statuette de quatre centimètres, vieille de 23 000 ans apparaît dans l’œuvre de Philippe Dupuy et Loo hui Pang dans « l’art du chevalement » parue en 2013. L’édifice en craie s’inscrit prophétiquement dans cette bande dessinée pages 19 et 20.

Vénus de Renancourt

L’agencement du musée la scénographe

Pour un tel projet, c’est toute une organisation qui se met en place. Alexandra Maringer, scénographe, agence les espaces d’exposition dans le moindre détail afin de rétablir pour chaque objet archéologique son histoire. Pour « chasseurs de trésors » elle mise sur la fantaisie temporelle et artistique grâce aux codes de l’archéologie et de la bande dessinée. Pour faciliter la compréhension du lien entre l’objet et l’œuvre écrite, une forme de ponctuation comparable à un astérisque (*), pensée par la scénographe est mise en place.

Seul, en famille ou entre amis, plongez dans cet univers d’art et d’histoire de manière ludique grâce à « chasseurs de trésors« . Plusieurs évènements seront programmés faisant échos au 25ème Rendez-vous de la Bande Dessinée d’Amiens. Quatre ateliers d’initiation à la bande dessinée, animés par des autrices et auteurs locaux seront organisés au musée durant la période estivale. La participation peut se faire dès l’âge de 8 ans. Cet amusement pour petits et grands se déroule les 20 et 27 juillet ainsi que les 17 et 24 août de 14h à 16h. Le musée de Picardie vous y attend donc nombreux, pour un été rempli d’histoire et d’art.

Julie Michel

Crédit photo : Léandre Leber

!Signaler

Envoyer un message