Tourisme : Le zoo d’Amiens fait peau neuve

Si les règles sanitaires obligent le port du masque et une certaine jauge au sein du parc zoologique, celui-ci a aménagé son site pour permettre à tous de le visiter convenablement. Petits et grands, sont conviés depuis le 19 mai à admirer tous ces animaux. Au programme, quelques nouveautés : le vivarium, le snack et le restaurant le pavillon bleu.

Nous avons rencontré Pierre Bouthors chargé de communication du zoo d’Amiens. Il nous explique les nouvelles règles sanitaires mises en place lors de la réouverture du parc. « On a mis en place un sens de visite pour éviter que les flux se croisent. Cette année laisse davantage les gens respirer, c’est moins strict. La jauge des visiteurs est à 50%, on le ressent, on compte les gens qui rentrent et qui sortent. Quand il y a des grosses journées c’est relativement compliqué, on doit bien compter tous les visiteurs pour éviter d’être trop au sein du parc. A partir du 9 juin nous serons à 65% de la jauge. Et enfin le 30 juin, on n’aura plus de réelle limite ».

Pierre Bouthors, chargé de communication du parc.

Le climat : un impact direct sur les animaux

Concernant la reproduction animalière, la fameuse chouette du zoo s’est davantage reproduite pendant le confinement de 2020. Cette année, la reproduction a été ratée, malgré l’absence de public. « C’est plutôt un problème de météo et biologiquement sur les animaux cela joue » affirme le chargé de communication. « On le voit sur les cerfs avec la perte de leur bois. Ils sont complètement décalés dans les saisons. On donne beaucoup trop d’importance à l’homme vis-à-vis du lien avec les animaux, alors qu’il s’en fiche de nous. Mais la météo, le climat ça joue vraiment et a un impact direct sur eux. Il y a beaucoup d’idées reçues sur le stress des animaux, mais les animaux savent qu’ils sont en sécurité et si ça ne va pas ils poussent pour certains des cris d’alerte ».

Le vivarium amène de nombreux touristes.

Le confinement a créé des avantages et des inconvénients explique Pierre Bouthors, « On a pris le confinement comme une opportunité notamment avec la volière « Vetus » dont on faisait traîner la destruction. Cela nous a permis de le faire. On a donc pu davantage s’occuper du parc. On travaille depuis cinq ans sur la rénovation totale et l’extension du parc. Le projet d’extension a été bloqué car ce n’était plus une priorité, et on a perdu un an et demi. On démarrera la suite des travaux pour l’extension des zones. Celle-ci par exemple est dédiée à l’Afrique de l’ouest, où il y aura la girafe. »

Le vivarium était fermé l’an dernier, il a ouvert cette année. Cependant, la jauge est de 8 personnes maximum. Toutes les espèces étaient dans le vivarium depuis un an mais non accessible aux visiteurs avant 2021. Pierre Bouthors détaille l’entretien du vivarium : « on doit changer les branchages tous les deux jours au sein du vivarium. On a une équipe de soigneurs qui s’occupent d’eux. On a des équipes de soigneurs un peu plus costauds pour gérer les trois catégories d’animaux. Le vivarium amène de nombreux touristes ».

Le parc zoologique possède deux nouvelles zones par rapport à l’année dernière. Toute la restauration a été révolutionnée avec l’ouverture d’un snack et d’un restaurant. Ce dernier, le bien nommé Le pavillon bleu, est également accessible depuis l’extérieur. Ce bâtiment, vieux de 140 ans, a été entièrement rénové pour être le restaurant du parc. « Le bâtiment a été abandonné pendant dix ans et on l’a confié à un architecte du patrimoine, qui l’a fait revenir à ses couleurs d’origine, celles du 19ème siècle » explique Pierre Bouthors.

Le pavillon bleu.

Tous les événements estivaux du Zoo d’Amiens sont à retrouver sur https://www.zoo-amiens.fr/preparer-votre-visite/programmation-culturelle.

Julie Michel.

Crédits photos : Léandre Leber.

!Signaler

Envoyer un message